Bouge Ton Boulogne

Bouge Ton Boulogne L'équipe de libraires de la Fnac Boulogne-Billancourt partage ses lectures et vous propose des rencontres/dédicaces autour du livre. Évènement annuel: festival du livre, à venir.

Fonctionnement normal

Quelque part à Paris, Paul Solveig frôle la dépression, coincé entre un robinet qui n'arrête pas de goutter (véritable m...
23/04/2021

Quelque part à Paris, Paul Solveig frôle la dépression, coincé entre un robinet qui n'arrête pas de goutter (véritable métaphore de son quotidien) et sa compagne, Pauline, qui souhaite faire un «break».
Quelque part en Moravie, Ota et Pavel deux pêcheurs aguerris, viennent de se faire ridiculiser par des carpes amour qui ne se laissent pas attraper.
Le lien entre ces événements? La photographie intrigante d'une femme dont la beauté fascine Paul, oubliée dans la cuisine par son faux plombier préféré, Riba (dont la mère aurait disparu en Moravie pendant la période communiste - vous voyez le lien?).
Et la folle aventure commence, Paul abandonne tout pour la Moravie et pour les habitants de la petite ville de Blednice, à la recherche de cette femme et de son photographe.
De l'enquête historique à la quête existentielle, pour le héros la frontière est mince. Comme lui, on tombe amoureux de la Moravie et de ses habitants, de doux-dingues souvent attachants. On sent le pays chargé d'histoire, comme les intérieurs des maisons de la petite ville de Blednice. Au-delà de l'intrigue c'est aussi la découverte d'une partie de la culture tchèque par son cinéma, son humour, ses boissons (j'ai aussi connu le piano cocktail ) et sa langue. Une découverte aussi des paysages de la Moravie et des carpes amour via des interludes géniaux qui rythment l'histoire et apportent au roman sa touche d'originalité!
Ce roman m'a fait penser au film «Amarcord» de Fellini ou encore à l'univers de Safran Foer dans «Tout est illuminé» !
Vous l'aurez compris, gros coup de coeur pour ce roman, vrai remède contre la morosité, il faut absolument découvrir l'univers de Jérôme Bonnetto! Le silence des carpes est un bijou d'écriture, un roman absolument génial qu'on ne lâche pas, une aventure saupoudrée de contes, de légendes. Clin d'oeil à notre quotidien d'adulte, cette lecture invite au voyage, personnel, géographique, temporel. Magicien avec les mots, l'auteur possède une plume unique, c'est fluide, rythmé, il y a beaucoup de minutie dans les descriptions, rendant des sujets banales passionnants, et si les situations sont souvent drôles, les réflexions n'en sont pas moins profondes! Suite ➡➡➡

Quelque part à Paris, Paul Solveig frôle la dépression, coincé entre un robinet qui n'arrête pas de goutter (véritable métaphore de son quotidien) et sa compagne, Pauline, qui souhaite faire un «break».
Quelque part en Moravie, Ota et Pavel deux pêcheurs aguerris, viennent de se faire ridiculiser par des carpes amour qui ne se laissent pas attraper.
Le lien entre ces événements? La photographie intrigante d'une femme dont la beauté fascine Paul, oubliée dans la cuisine par son faux plombier préféré, Riba (dont la mère aurait disparu en Moravie pendant la période communiste - vous voyez le lien?).
Et la folle aventure commence, Paul abandonne tout pour la Moravie et pour les habitants de la petite ville de Blednice, à la recherche de cette femme et de son photographe.
De l'enquête historique à la quête existentielle, pour le héros la frontière est mince. Comme lui, on tombe amoureux de la Moravie et de ses habitants, de doux-dingues souvent attachants. On sent le pays chargé d'histoire, comme les intérieurs des maisons de la petite ville de Blednice. Au-delà de l'intrigue c'est aussi la découverte d'une partie de la culture tchèque par son cinéma, son humour, ses boissons (j'ai aussi connu le piano cocktail ) et sa langue. Une découverte aussi des paysages de la Moravie et des carpes amour via des interludes géniaux qui rythment l'histoire et apportent au roman sa touche d'originalité!
Ce roman m'a fait penser au film «Amarcord» de Fellini ou encore à l'univers de Safran Foer dans «Tout est illuminé» !
Vous l'aurez compris, gros coup de coeur pour ce roman, vrai remède contre la morosité, il faut absolument découvrir l'univers de Jérôme Bonnetto! Le silence des carpes est un bijou d'écriture, un roman absolument génial qu'on ne lâche pas, une aventure saupoudrée de contes, de légendes. Clin d'oeil à notre quotidien d'adulte, cette lecture invite au voyage, personnel, géographique, temporel. Magicien avec les mots, l'auteur possède une plume unique, c'est fluide, rythmé, il y a beaucoup de minutie dans les descriptions, rendant des sujets banales passionnants, et si les situations sont souvent drôles, les réflexions n'en sont pas moins profondes! Suite ➡➡➡

Le cinéma et la musique seront toujours à l’honneur lorsque la Fnac Boulogne rouvrira ses portes , avec cet ouvrage supe...
19/04/2021

Le cinéma et la musique seront toujours à l’honneur lorsque la Fnac Boulogne rouvrira ses portes , avec cet ouvrage superbement illustré sur ces femmes avant-gardistes qui furent les visages et les voix du monde arabe de 1920 à 1970. Leurs carrières et leurs vies ont eu une influence sur l’histoire politique, sociale et intellectuelle de leurs pays . Du Caire à Beyrouth , en passant par le Maghreb et la France , ce catalogue dresse le portrait de femmes exceptionnelles qui ont influencé beaucoup d’artistes depuis . #editionsSkira Éditions Skira Paris #Institutdumondearabe Institut du monde arabe #rayonbeauxarts #livresdart #artistesfemmes #cinemaarabe #musiquearabe #photographie

Malgré la fermeture de notre beau magasin qui perdure, il faut partager ses lectures !Trois récentes sorties poches dans...
09/04/2021

Malgré la fermeture de notre beau magasin qui perdure, il faut partager ses lectures !

Trois récentes sorties poches dans trois genres bien distincts :

-De la Fantasy avec l'Enfant de Poussière de Patrick K. Dewdey, avec un roman initiatique classique sur la forme mais surprenant dans le rythme et les péripéties.

-Du fantastique/épouvante avec American Elsewhere de Robert J. Bennet, où une étrange ville Américaine recèle de nombreux et affreux secrets.

-De la SF bien velue avec Terminus de Tom Sweterlitsch, où les futurs possibles et les virtualités se mêlent à une sombre enquête digne d'un polar noir.

Trois genres différents et trois excellents romans, à recommander sans modération !

Le Livre de Poche Le Livre de Poche Imaginaire Au diable vauvert Éditions Albin Michel Patrick K. Dewdney Robert Jackson Bennett Aurélien Police Charlotte Volper Folio

Bertrand Tavernier , un amoureux du cinéma , américain notamment #bertrandtavernier #cinéma #rayonbeauxarts #fnacboulogn...
25/03/2021

Bertrand Tavernier , un amoureux du cinéma , américain notamment #bertrandtavernier #cinéma #rayonbeauxarts #fnacboulogne #editionsActesSud Editions Actes-Sud

Bertrand Tavernier , un amoureux du cinéma , américain notamment #bertrandtavernier #cinéma #rayonbeauxarts #fnacboulogne #editionsActesSud Editions Actes-Sud

Le grand compositeur William Sheller (Un homme heureux , Le Carnet à spirale, Fier et fou de vous , Les Filles de l’auro...
04/03/2021

Le grand compositeur William Sheller (Un homme heureux , Le Carnet à spirale, Fier et fou de vous , Les Filles de l’aurore ...) sort une autobiographie et annonce également qu’il arrête la musique ! Portrait d’un musicien qui vient du classique , mais qui a décidé de s’éclater en faisant de la pop , tout en restant attaché aux belles orchestrations !

#williamsheller #william #editionsdesequateurs @editions_desequateurs #fnaccom #livremusique #rayonbeauxarts #chansonfrançaise

Le grand compositeur William Sheller (Un homme heureux , Le Carnet à spirale, Fier et fou de vous , Les Filles de l’aurore ...) sort une autobiographie et annonce également qu’il arrête la musique ! Portrait d’un musicien qui vient du classique , mais qui a décidé de s’éclater en faisant de la pop , tout en restant attaché aux belles orchestrations !

#williamsheller #william #editionsdesequateurs @editions_desequateurs #fnaccom #livremusique #rayonbeauxarts #chansonfrançaise

Malgré la fermeture du centre commercial Les Passages de Boulogne-Billancourt et donc celui de votre FNAC préférée, les ...
03/03/2021

Malgré la fermeture du centre commercial Les Passages de Boulogne-Billancourt et donc celui de votre FNAC préférée, les lectures continuent !

Dernières en date dans le domaine de l'imaginaire :

-LE NEXUS DU DOCTEUR ERDMANN, de Nancy Kress : à nouveau dans cette chouette collection Une Heure Lumière chez Le Bélial', voici une texte à la fois déroutant et déstabilisant. Ou comment un groupe de vieillards, vivant dans leurs souvenirs au sein d'une maison de retraite, se découvrent les pionniers d'une nouvelle forme de vie, prochaine étape dans l'évolution de l'humanité leur donnant de nouvelles possibilités effrayantes... à moins qu'un choix ne soit à faire.
Galerie de portrait, plongée dans ces corps et ces esprits au crépuscule de leur vie, luttant contre la décrépitude physique et mentale, ou encore étonnant jeu de causes et conséquences se déroulant à la fois ici mais aussi dans un ailleurs mystérieux et lointain, Le Nexus du Docteur Erdmann est une jolie pépite de fantastique s'affranchissant de tout manichéisme apportant un regard à la fois tendre et effrayé sur la vieillesse qui nous attend toutes et tous.

-LE SANG DE LA CITE, de Guillaume Chamanadjian (première partie, à paraitre le 16 avril 2021). Capitale du Sud sera un dyptique de Guillaume Chamanadjian quand Capitale du Nord en sera un de Claire Duvivier, dont les parutions vont s’échelonner au cours de 2021/2022 aux Editions Aux forges de Vulcain, éditions dirigées par David Meulemans - que nous affectionnons particulièrement à la FNAC Boulogne-Billancourt. Le Sang de la Cité, c'est du médiéval (un peu) fantastique, où le surnaturel ne prend que petit à petit une place discrète que l'on devine malgré tout primordial pour la suite de l'intrigue. Avant tout, le Sang de la Cité, c'est une fresque urbaine et le portrait d'une ville qui vibre, qui vit, qui bouge, qui bruisse et qui s'agite. On suivra Nox, un commis d'épicerie et garçon de course appartenant à la maison de la Caouanne, l'un des nombreux duchés qui se partage la ville et son pouvoir politique, géographique, militaire et économique. Chaque plongée dans les rues bruyantes et animées de cette cité dont le nom importe peu est l’occasion de filer le train au sautillant Nox qui bat le pavé en portant ici une bouteille d'un vin fin, là des pâtisseries. Mais au-delà de l'aspect attachant des rues sales et grouillantes de la cité pointe des enjeux politiques et des luttes de pouvoirs pouvant entrainer la ville dans des combats violents et âpres, entre empoisonnement, tentatives d'assassinats et autre règlements de compte. En plus d'une écriture très vive, ciselée et dynamique, Guillaume Chamanadjian fait doucement monter la tension à mesure que les désaccords montent entre les Maisons et que Nox prend, plus ou moins malgré lui, un poids de plus en plus important dans ces jeux de rhétorique, de coups-bas et de politique sans vergogne. Sans compter que le Chant de la Cité et de ses rues se teinte de plus en plus souvent de dissonances étranges...
Le Sang de la Cité peut être comparé par certaines aspects choisis à Game of Throne, nonobstant le fait que nous avons une unité de lieu (la ville) et de protagoniste (Nox reste le personnage suivi par le lecteur). Surtout - no spoil ! - sur la fin avec cette scène hallucinante de violence qui rappelle une des scènes emblématique de l’œuvre de G.R.R. Martin et qui couronne la lente montée en puissance ressentie tout le long du récit.
Vivement la suite, de Claire Duvivier, donc, déjà auteure de "Un long voyage"(sorti en 2020 également Aux Forges de Vulcain et qui avait été très apprécié d'une partie de l'équipe livres de votre magasin).

LES UNIVERS MULTIPLES, T1 : TEMPS de Stephen Baxter. A l'occasion de l'opération de début d'année "2 livres de poche achetés, un 3e offert parmi une sélection", Pocket Imaginaire proposait dans son panel ce premier tome d'une trilogie de S. Baxter, monstre sacré de la hard-SF la plus débridée. L'occasion de le découvrir, donc (merci Charlotte Volper).
Dans ce premier tome, le lecteur suivra le personnage de Reid Malenfant, genre de Elon Musk avant l'heure qui monte grâce à sa fortune personnelle et à grands coups de récupérations et d'entorses législatives, un programme spatial destinée à mettre le pied sur Cruithne, un astéroïde satellite de la terre pour y trouver un mystérieux artefact suite à d'étranges messages quantiques venant du futur afin de conjurer l'apocalypse à venir, prédit mathématiquement... Dit comme ça, on pourrait se croire revenu à de la pulp-SF des années 70, mais avec Baxter, on sait qu'on a toujours droit à plus. Et en l'occurrence, on est pas déçu : la fameux "Doomsday Argument" de B. Carter, le paradoxe de Fermi, la généalogie des univers (théorisé par Robert Mann ou encore Roger Penrose), le paysage cosmique de Susskind, sans parler de la fameuse flèche du temps de Feynman : les amateurs de cosmologie, de physique et de mécanique quantique seront ravis.
Comme toujours avec Baxter, les personnages apparaissent secondaires par rapport à l'intrigue et ne sont donc pas vraiment attachants - hormis Malenfant, fantasque inventeur avec une vision pénétrante et une volonté de roc, pret à tout sacrifier sur l'autel de sa vision. L’intérêt réside dans le talent de l'auteur à jouer avec les concepts physiques les plus vertigineux, quasiment tous ceux qui apparaissent dans le roman ayant une base théorique solide (à défaut d'être avérés). L'écriture est tout juste quelconque, le rythme inégal, mais le sense of wonder en plein éveil et le vertige est bien là, comme cette vision terrifiante d'un des futurs possibles de l'humanité (pas dans 1000 ans, hein, ni dans 10.000, mais bien dans... des centaines de milliards d'années, quand l'univers lui-même sera mourant et qu'il ne restera que des trous noirs en train de s'évaporer...) ou encore cette succession de visites dans différentes enfances d'univers aux lois différentes des nôtres. Bon, dit comme cela, ça ne fait probablement aucun sens, mais si vous êtes avides de frissons métaphysiques et cosmiques, Baxter répondra toujours présent.
A noter que, d'après quelques avis glanés ici ou là, les tomes 2 & 3 sont très dispensables. Je m'arrêterai donc ici pour me plonger dans d'autres œuvres...

Malgré la fermeture du centre commercial Les Passages de Boulogne-Billancourt et donc celui de votre FNAC préférée, les lectures continuent !

Dernières en date dans le domaine de l'imaginaire :

-LE NEXUS DU DOCTEUR ERDMANN, de Nancy Kress : à nouveau dans cette chouette collection Une Heure Lumière chez Le Bélial', voici une texte à la fois déroutant et déstabilisant. Ou comment un groupe de vieillards, vivant dans leurs souvenirs au sein d'une maison de retraite, se découvrent les pionniers d'une nouvelle forme de vie, prochaine étape dans l'évolution de l'humanité leur donnant de nouvelles possibilités effrayantes... à moins qu'un choix ne soit à faire.
Galerie de portrait, plongée dans ces corps et ces esprits au crépuscule de leur vie, luttant contre la décrépitude physique et mentale, ou encore étonnant jeu de causes et conséquences se déroulant à la fois ici mais aussi dans un ailleurs mystérieux et lointain, Le Nexus du Docteur Erdmann est une jolie pépite de fantastique s'affranchissant de tout manichéisme apportant un regard à la fois tendre et effrayé sur la vieillesse qui nous attend toutes et tous.

-LE SANG DE LA CITE, de Guillaume Chamanadjian (première partie, à paraitre le 16 avril 2021). Capitale du Sud sera un dyptique de Guillaume Chamanadjian quand Capitale du Nord en sera un de Claire Duvivier, dont les parutions vont s’échelonner au cours de 2021/2022 aux Editions Aux forges de Vulcain, éditions dirigées par David Meulemans - que nous affectionnons particulièrement à la FNAC Boulogne-Billancourt. Le Sang de la Cité, c'est du médiéval (un peu) fantastique, où le surnaturel ne prend que petit à petit une place discrète que l'on devine malgré tout primordial pour la suite de l'intrigue. Avant tout, le Sang de la Cité, c'est une fresque urbaine et le portrait d'une ville qui vibre, qui vit, qui bouge, qui bruisse et qui s'agite. On suivra Nox, un commis d'épicerie et garçon de course appartenant à la maison de la Caouanne, l'un des nombreux duchés qui se partage la ville et son pouvoir politique, géographique, militaire et économique. Chaque plongée dans les rues bruyantes et animées de cette cité dont le nom importe peu est l’occasion de filer le train au sautillant Nox qui bat le pavé en portant ici une bouteille d'un vin fin, là des pâtisseries. Mais au-delà de l'aspect attachant des rues sales et grouillantes de la cité pointe des enjeux politiques et des luttes de pouvoirs pouvant entrainer la ville dans des combats violents et âpres, entre empoisonnement, tentatives d'assassinats et autre règlements de compte. En plus d'une écriture très vive, ciselée et dynamique, Guillaume Chamanadjian fait doucement monter la tension à mesure que les désaccords montent entre les Maisons et que Nox prend, plus ou moins malgré lui, un poids de plus en plus important dans ces jeux de rhétorique, de coups-bas et de politique sans vergogne. Sans compter que le Chant de la Cité et de ses rues se teinte de plus en plus souvent de dissonances étranges...
Le Sang de la Cité peut être comparé par certaines aspects choisis à Game of Throne, nonobstant le fait que nous avons une unité de lieu (la ville) et de protagoniste (Nox reste le personnage suivi par le lecteur). Surtout - no spoil ! - sur la fin avec cette scène hallucinante de violence qui rappelle une des scènes emblématique de l’œuvre de G.R.R. Martin et qui couronne la lente montée en puissance ressentie tout le long du récit.
Vivement la suite, de Claire Duvivier, donc, déjà auteure de "Un long voyage"(sorti en 2020 également Aux Forges de Vulcain et qui avait été très apprécié d'une partie de l'équipe livres de votre magasin).

LES UNIVERS MULTIPLES, T1 : TEMPS de Stephen Baxter. A l'occasion de l'opération de début d'année "2 livres de poche achetés, un 3e offert parmi une sélection", Pocket Imaginaire proposait dans son panel ce premier tome d'une trilogie de S. Baxter, monstre sacré de la hard-SF la plus débridée. L'occasion de le découvrir, donc (merci Charlotte Volper).
Dans ce premier tome, le lecteur suivra le personnage de Reid Malenfant, genre de Elon Musk avant l'heure qui monte grâce à sa fortune personnelle et à grands coups de récupérations et d'entorses législatives, un programme spatial destinée à mettre le pied sur Cruithne, un astéroïde satellite de la terre pour y trouver un mystérieux artefact suite à d'étranges messages quantiques venant du futur afin de conjurer l'apocalypse à venir, prédit mathématiquement... Dit comme ça, on pourrait se croire revenu à de la pulp-SF des années 70, mais avec Baxter, on sait qu'on a toujours droit à plus. Et en l'occurrence, on est pas déçu : la fameux "Doomsday Argument" de B. Carter, le paradoxe de Fermi, la généalogie des univers (théorisé par Robert Mann ou encore Roger Penrose), le paysage cosmique de Susskind, sans parler de la fameuse flèche du temps de Feynman : les amateurs de cosmologie, de physique et de mécanique quantique seront ravis.
Comme toujours avec Baxter, les personnages apparaissent secondaires par rapport à l'intrigue et ne sont donc pas vraiment attachants - hormis Malenfant, fantasque inventeur avec une vision pénétrante et une volonté de roc, pret à tout sacrifier sur l'autel de sa vision. L’intérêt réside dans le talent de l'auteur à jouer avec les concepts physiques les plus vertigineux, quasiment tous ceux qui apparaissent dans le roman ayant une base théorique solide (à défaut d'être avérés). L'écriture est tout juste quelconque, le rythme inégal, mais le sense of wonder en plein éveil et le vertige est bien là, comme cette vision terrifiante d'un des futurs possibles de l'humanité (pas dans 1000 ans, hein, ni dans 10.000, mais bien dans... des centaines de milliards d'années, quand l'univers lui-même sera mourant et qu'il ne restera que des trous noirs en train de s'évaporer...) ou encore cette succession de visites dans différentes enfances d'univers aux lois différentes des nôtres. Bon, dit comme cela, ça ne fait probablement aucun sens, mais si vous êtes avides de frissons métaphysiques et cosmiques, Baxter répondra toujours présent.
A noter que, d'après quelques avis glanés ici ou là, les tomes 2 & 3 sont très dispensables. Je m'arrêterai donc ici pour me plonger dans d'autres œuvres...

Adresse

5 Rue Tony Garnier, Cc Les Passages De L'hôtel De Ville
Boulogne-Billancourt
92100

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Bouge Ton Boulogne publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Contacter L'entreprise

Envoyer un message à Bouge Ton Boulogne:

Vidéos

Actua-litté Fnac Boulogne Billancourt

Vous en avez rêvé, nous l'avons fait, l'équipe des libraires de la FNAC de Boulogne-Billancourt est heureuse de vous proposer un espace entièrement dédié à l'actualité et la production d'ouvrages de littérature, de BD, de jeunesse, de Sciences-Humaines ou encore d'art, dans un esprit de partage et de convivialité.

Cet espace offre aussi la possibilité de mettre en avant des collections, des maisons d'éditions et de parler d'auteurs qui ne peuvent pas toujours bénéficier d'une grande visibilité mais qui pourtant mériteraient d'être connus par le plus grand nombre.

BTB, c'est quoi?

Rendez votre lecture unique en participant aux rencontres que nous organisons, où nous mettons à l'honneur des auteurs de fictions, de bandes-dessinées/romans graphiques, de jeunesse mais aussi d'essais et de développement personnel.

événements/lieux á proximité


Autres Évènement à Boulogne-Billancourt

Voir Toutes

Commentaires

Coup de cœur pour ce beau livre illustré, Génération I.A d’Alexandre Pachulsky , qui parle de l’Intelligence Artificielle à travers 80 films et séries ! Il vient de sortir au Rayon Beaux-Arts de la Fnac Boulogne (92). Stéphane #generationIA #rayonbeauxarts #alexandrepachulsky