Omnivore

Omnivore www.omnivore.com 100% Jeune Cuisine Omnivore World Tour

« Si tu sais ressentir que le jus qui coule dans la gorge t’enracine, alors restons confinés toute la vie, pour être att...
29/04/2020
Convinée — Omnivore

« Si tu sais ressentir que le jus qui coule dans la gorge t’enracine, alors restons confinés toute la vie, pour être attentifs à ce que nous vivons, le monde demain c’est sûrement là-dedans » Pauline Dupin-Aymard a envoyé sa carte postale confinée. À la vôtre.

LA CARTE POSTALE DE PAULINE Convinée Chaque mois, Pauline Dupin-Aymard nous envoie une carte postale, un instantané de ses rencontres, de ce qu’elle voit, sent, trouve, goûte, entend… Ce mois-ci, elle n’échappe pas aux questionnements des temps covidés. Je ne sais plus trop à quel point ...

Sylvain Erhardt et Laure Fourgeaud nous racontent leur activité #insidecoronavirus. Ce n'est pas simple, mais ils s'accr...
27/04/2020
Mains désœuvrées — Omnivore

Sylvain Erhardt et Laure Fourgeaud nous racontent leur activité #insidecoronavirus. Ce n'est pas simple, mais ils s'accrochent.

#insidecoronavirus, filière agricole : Mains désœuvrées Les Duchesses de Roques-Hautes, asperges stars des tables gastronomiques.Laure Fourgeaud, la Ferme du Chatain. Fermeture des frontières, des restaurants, bouleversement du fonctionnement des marchés… tout complique la vie déjà pas sim...

On le sait, vous l'achèterez quand il sera disponible en librairie, en attendant on vous propose de lire en ligne ou tél...
22/04/2020
À télécharger gratuitement — Omnivore

On le sait, vous l'achèterez quand il sera disponible en librairie, en attendant on vous propose de lire en ligne ou télécharger le Foodbook#13. Pensé, fabriqué, bouclé sous covid, mais bien vivant.
Cc bravos et mercis à la team Lucile Arnaud, Boris Coridian, Pauline Dupin-Aymard, Jeanne Fvs, Quentin Guillon, Kim Levy, @Maryam Levy, Peyo Lissarrague, Caroline Loiseleux, Olivier Marie, Stéphane Méjanès, Amélie Riberolle, Zazie Tavitian, Atelier Chévara, Romain Bassenne, Guillaume Chauvin, Olivier Culmann, Anne-Claire Héraud, Franck Juery, @Stéphanie Tetu, Amélie Fontaine, Erwann Terrier

FOODBOOK 13 À télécharger gratuitement Pensé et fabriqué dans le monde d’avant, le treizième numéro du Foodbook sous sa forme physique a tout de même pu être imprimé mais il est comme vous et nous : confiné ! D’ici à ce que nous ayons une nouvelle date de parution à communiquer afin...

Il y a du concret dans la république du bon sens rêvée de @Hervé Bourdon. Prise de parole responsable, «pierre blanche»…...
22/04/2020
Alea Jacta Est (pour de vrai et sans déconner)

Il y a du concret dans la république du bon sens rêvée de @Hervé Bourdon. Prise de parole responsable, «pierre blanche»… Respect

Sa parole, souvent pertinente, est écoutée dans le petit monde de la gastronomie. Et pourtant, l’homme se faisait médiatiquement rare ces derniers temps. Disparu des réseaux sociaux, il se conc

Marc-Olivier Frappier… Autant de lucidité dans un seul homme… Peyo Lissarrague l'a appelé pour demander comment ça va. L...
21/04/2020
« Ça laissera des traces » — Omnivore

Marc-Olivier Frappier… Autant de lucidité dans un seul homme… Peyo Lissarrague l'a appelé pour demander comment ça va. Lisez, ça fait du bien.

#insidecoronavirus, Marc Olivier Frappier : « Ça laissera des traces » Marc Olivier Frappier n'a pas sacrifié la tradition du Jambon de Pâques au covid-19.Jambon de Pâques made in Mon Lapin. Au Canada, à la sortie d’un hiver dont on ignore les rigueurs de ce côté de l’Atlantique, le p...

Stéphane Bahic a de quoi occuper votre apéro jeudi : par la force des choses, la première expo de sa galerie dédiée à la...
20/04/2020
Seeds by Seeeds, en visioexpo — Omnivore

Stéphane Bahic a de quoi occuper votre apéro jeudi : par la force des choses, la première expo de sa galerie dédiée à la photographie culinaire aura lieu live from les réseaux sociaux. Save donc cette date : 23 avril, 18 heures, inscris-toi sur le site de Seeeds Gallery

Voir Seeds by Seeeds, en visioexpo Piper nigrum L. Famille Piperaceae. Nom commun : graine de poivre noir © Thierry Ardouin, par ailleurs auteur des dernières couvertures du Foodbook.Melon © Amelie Chassary Skypéros, visiocalls, montage de clips avec des mises en scène digitales… On en tente ...

« Nous sommes positifs et résilients, réactifs et optimistes, mais il serait temps de demander aux bonnes personnes de s...
18/04/2020

« Nous sommes positifs et résilients, réactifs et optimistes, mais il serait temps de demander aux bonnes personnes de se réinventer. »
Il y a deux ans, nous récompensions Gregoire Foucher et Sibylle Sellam de Bercail, à Rennes, du prix de la Jeunesse. Depuis, ils ont ajouté Penates à leur charge de travail et ils confirment ici, dans ce texte, toujours avec ce je-ne-sais-quoi qui nous avait séduit, avec des mots implacables, tout le bien qu’on pense d’eux. Et on sera là, après…

« Il va falloir se réinventer »
Les médias et leurs invités n’ont que ces mots à la bouche.
Mais réalisent-ils que nombreux d’entre nous n’ont pas attendus cette crise épidémique (COVID-19) pour le faire ?
Avez-vous bien réfléchi à qui il incombe de devoir "se réinventer » aujourd’hui ?
A notre niveau, dans nos établissements, Pénates et Bercail, nous n’avons de cesse d'imaginer comment doit fonctionner le restaurant d’aujourd’hui et de demain. Nous cherchons au quotidien de nouveaux outils permettant d’améliorer notre impact sur l’environnement et sommes d'ailleurs engagés aux côtés de l’ADEME BRETAGNE dans son programme d’excellence environnementale. Investis dans une démarche sociale, environnementale et concernés par l’économie locale, nous avons choisis de travailler essentiellement avec les producteurs locaux qui protègent la biodiversité et la santé de notre terre.
La gestion globale de nos établissements est durable :
Favorisant la relation de confiance que nous entretenons avec nos fournisseurs, le bien-être de nos employés et l’approvisionnement le plus local possible (91% d’après un diagnostic réalisé à Bercail par l’ADEME). Qu’il s’agisse de la diminution du gaspillage alimentaire, l’économie d’énergie, la réduction et la bonne gestion de nos déchets, le choix de produits d’entretien écologiques, le choix du matériel et des entreprises qui l’entretiennent…La liste est longue. Longue car pour y donner du sens, un restaurant respectueux de l’homme et de l’environnement nécessite une implication globale.
Ce n’est pas une anecdotique sélection de produits locaux sur une carte truffée de produits exotiques ou hors saison, un logo inspirant la nature ou un menu végétarien à base de soja venant du bout du monde.
Certes notre business modèle est fragile sur le court terme mais cette confiance mutuelle nous renforce sur le long terme. Nous ne parions pas sur des profits rapides mais sur un bien-être global de celles et ceux qui nous entourent, clients, salariés, producteurs, fournisseurs… Nous ne polluons pas, nous n’intoxiquons ni les hommes, ni la terre, nous tissons des liens durables avec notre région, ses habitants, ses artisans et ses paysans car nous sommes déterminés, investis et inépuisables.
Cependant, nous constatons à titre personnel que nous ne sommes pas reconnus pour ces efforts :
Notre équilibre financier est fragile et ne nous permet pas de copieux salaires. Ce n’est pas un gros souci en temps normal mais ces temps-ci deviennent un peu plus problématique. Ce petit salaire désormais réduit à néant n’est assuré par aucun organisme, pas même nos assurances.
Pendant que nous nous efforçons d’être toujours meilleurs, au prix de quelques sacrifices, d’autres ne semble pas apprendre de leurs erreurs.
Le samedi 14 mars, jour de marché à Rennes notre équilibre a été bouleversé. Nous avons appris à 20h que nos portes fermeraient à minuit et pour une durée indéterminée qui, à la vue de ce qui se profile, durera probablement plus de trois mois.
L’état nous demande cet effort supplémentaire : Stopper toute activité du jour au lendemain. La santé mondiale est en jeu et c’est une décision que nous ne remettons pas en cause.
Ce que nous ne pouvons pas avaler en revanche c’est que cet effort colossal, qui fera disparaître beaucoup de petites entreprises, n’est pas partagé par tous les acteurs de notre économie. À commencer par les banques et les assurances.
Le plan d’aide mis en place par l’État a été massif mais l’argent de l’État c’est le vôtre, le nôtre, individus.
Que propose aujourd'hui les banques et les assurances, elle que l’on sauve à chaque crise boursière ?
-Une aide de 1500 €, ce qui représente une goutte d’eau dans la trésorerie d’une entreprise.
-L’indispensable, possibilité de décaler nos emprunts de six mois
- La mise en place d’emprunts garantis par l’état auxquels on nous conseille, bien évidemment, d’ajouter des assurances.
Mais si nous renonçons à 4 mois d’activité tout en continuant à payer nos charges, pourquoi les banques ne renoncent elles pas justement et simplement à ces mensualités ?
Pour résumer, nous allons devoir contracter de nouveau emprunts et donc augmenter nos charges fixes avec de nouveaux remboursement, en allonger la durée, et cela en ayant réduit à néant nos économies ainsi que notre trésorerie et avec l’incertitude de l’avenir. Pour nous, c’est reculer pour mieux sauter.
Banques et assurances, elles, n’ont pas cessés leurs activités, elles continuent de recevoir les cotisations et remboursement des particuliers. Elles économisent l’argent des accidents de la route que le confinement a fait fortement diminuer et en plus, s’assurent de se rendre indispensable à notre activité sur une durée plus longue. Ils se contentent de minimiser les bénéfices pour le temps que durera cette crise afin de ne pas être pointé du doigt, mais comparé à l’effort collectif, ce n’est rien. Nous n’avons pas les mêmes épaules, nous ne faisons pas des milliards de bénéfices. La solidarité existe mais elle vient toujours des citoyens que nous sommes.
Il ne s’agit pas de se plaindre car nous sommes positifs et résilients, réactifs et optimistes mais il serait temps de demander aux bonnes personnes de « se réinventer ».

Fortement dépendants des cavistes et bars, les brasseurs artisanaux improvisent face à la pandémie.
15/04/2020
En bière et contre tous — Omnivore

Fortement dépendants des cavistes et bars, les brasseurs artisanaux improvisent face à la pandémie.

CORONAVIRUS En bière et contre tous On essaie de se remettre de la nouvelle tombée lundi soir – #11mai etc. – et on n’oublie pas nos chers brasseurs, qui subissent les effets du coronavirus. Quelques idées ont déjà fleuri pour tenir le choc. Selon que vous serez puissant ou misérable, le...

La tribune de Yotam Ottolenghi. Et si les décisionnaires le lisaient attentivement ?
11/04/2020
Don't let coronavirus destroy the UK restaurant industry

La tribune de Yotam Ottolenghi. Et si les décisionnaires le lisaient attentivement ?

We can’t continue to pay rent when we are banned from opening. Government intervention is vital for our survival, says chef Yotam Ottolenghi

Les initiatives sont nombreuses pour nourrir ceux qui sont première ligne dans la course contre le #coronavirus. On s’es...
10/04/2020
Ecotable au front — Omnivore

Les initiatives sont nombreuses pour nourrir ceux qui sont première ligne dans la course contre le #coronavirus. On s’est arrêté sur celle de Écotable.

#InsideCoronavirus Ecotable au front © Mika CotellonÀ gauche, Bérangère Boucher, cheffe de Nomikai, à Paris, labellisée et mobilisée pour Ecotable. Parmi les (très) nombreux élans de solidarité envers ceux qui sont en première ligne dans la « guerre » contre le coronavirus, on s’est i...

On continue notre #world tour d'un autre genre. Aux États-Unis, comme partout ailleurs, on resserre les rangs pour faire...
09/04/2020
États-Unis : Too small to fail — Omnivore

On continue notre #world tour d'un autre genre. Aux États-Unis, comme partout ailleurs, on resserre les rangs pour faire face au pire.

CORONAVIRUS États-Unis : Too small to fail Depuis que Donald Trump a incité les Américains à ne pas s’agglutiner dans des restaurants, le 15 mars, aux États-Unis comme dans tout autre pays, la restauration n’y échappe pas : elle se prend de plein fouet le Covid-19 dans les comptes. Déjà...

Merci pour vos témoignages Claire Poirrier et Gregory Marchand. Bonne remontée. #coronavirus #covid19 #guéris #chefs #ar...
03/04/2020
Ils s’en relèvent — Omnivore

Merci pour vos témoignages Claire Poirrier et Gregory Marchand. Bonne remontée. #coronavirus #covid19 #guéris #chefs #artisans

INSIDE CORONAVIRUS Ils s’en relèvent «Une double peine» pour Grégory Marchand, qui en a perdu le goût et l’odorat ; « Ça interroge le sens de tout », souligne Claire Poirrier, de l’Amante Verte. Ils nous racontent leur Covid-19. « Normalement, c’est une période de folie pour nous. ...

À Annecy, des étoiles dans l’assiette. Cinq chefs étoilés installés autour du lac d’Annecy ont commencé ce jeudi la livr...
02/04/2020

À Annecy, des étoiles dans l’assiette. Cinq chefs étoilés installés autour du lac d’Annecy ont commencé ce jeudi la livraison de paniers repas pour les soignants de l’hôpital d’Annecy. Premier de cordée, Jean Sulpice.

Le chef de Auberge du Père Bise - Jean Sulpice a concocté pour l’occasion plus de 60 menus tout en douceurs avec une tourte aux blettes, champignons et Beaufort ; une quenelle de brochet, petit épeautre aux morilles, crème de ciboulette ; et une tarte au safran de Savoie.

A l’heure où tous les établissements sont fermés, les chefs souhaitent plus que tout valoriser les produits de leur territoire et de leurs producteurs. Prochains festins, le 7 avril, par Yoann Conte, La Maison Bleue** à Veyrier-du-Lac ; le 9 avril, Laurent Petit, Le Clos des Sens*** à Annecy-le-Vieux ; le 14 avril, Stéphane Dattrino, L’Esquisse* à Annecy ; et le 16 avril, Florian Favario, à l’Auberge de Montmin* à Talloires-Montmin.

Bravo et merci.

#welakeannecy #ensemble #together #leschefsaveclessoignants

Après l’angoisse de sécuriser leurs équipes, les chefs vont en affronter une autre : sécuriser leur affaire, et les empl...
29/03/2020
Assurances : #Chefs en péril — Omnivore

Après l’angoisse de sécuriser leurs équipes, les chefs vont en affronter une autre : sécuriser leur affaire, et les emplois qui en découlent. Sans assurance, point de salut. Pour soutenir les restaurateurs, et les producteurs, dans leur combat pour la reconnaissance par le gouvernement de l'état de catastrophe naturelle sanitaire, qui pourrait leur permettre d'espérer être couverts pour leur perte d'exploitation par les compagnies d'assurance, deux gestes simples et garantis sans covid :
➡️ Signer la pétition https://bit.ly/2WHODSp
➡️ Aimer la page Restoensemble

#restoensemble #pertedexploitation #covid19 #assurances #chefsenperil

CORONAVIRUS Assurances : #Chefs en péril Vous les voyez depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, nos chefs, posant de face, en veste de cuisinier avec leur panonceau manuscrit « Assurez ! Ou on va tous y rester ». C’est l’histoire d’un groupe Whatsapp de deux centaines de chefs qui ...

#insidecoronavirus On prend des nouvelles de nos chefs, dont la parole est plus que nécessaire à entendre par les temps ...
28/03/2020
«Ici, on donne de l’eau de Cologne!» — Omnivore

#insidecoronavirus On prend des nouvelles de nos chefs, dont la parole est plus que nécessaire à entendre par les temps qui courent. Merci Maksut Askar d'avoir pris le temps de donner de tes nouvelles dans un Istanbul en "quarantaine volontaire" à Peyo Lissarrague. © Caspar Schibbye Miskin

INSIDE CORONAVIRUS, MAKSUT ASKAR : «Ici, on donne de l’eau de Cologne!» On avait rendez-vous, ce soir, à Istanbul. Joris Bijdendijk devait arriver d’Amsterdam pour un quatre mains chez Neolokal, l’antre du bon génie Maksut Askar. Et puis non. Pas de Bosphore, pas de tour de Galata, pas de ...

Zazie Tavitian, Jill Cousin, Anne-Claire Héraud et @Céline Maguet = une sorte de carré magique (Michel H., si tu nous li...
28/03/2020

Zazie Tavitian, Jill Cousin, Anne-Claire Héraud et @Céline Maguet = une sorte de carré magique (Michel H., si tu nous lis) dans la surface de réparation du Coronavirus et nous sommes fiers d'applaudir et de soutenir leur action. C'est tout bon pour vous, suivez leurs indications. #covid19 #solidarité #initiative #citoyennes

Suite à l’interdiction des marchés prononcée par le Premier Ministre Edouard Philippe lundi 23 mars 2020, nombre de paysans se retrouvent privés de leur principal canal de distribution.

C’est pourquoi nous avons décidé de créer et de mettre en ligne une CARTE COLLABORATIVE recensant toutes les initiatives déjà existantes ou nouvellement mises en place permettant aux consommateurs de continuer à se procurer leurs produits : vente à la ferme, épiceries paysannes, points de collecte, distribution de panier, AMAP ouvrant leurs portes au public, marchés ayant obtenu une dérogation du préfet, etc.

La carte : https://www.lemarchevert.fr

Chacun peut y contribuer librement et simplement en renseignant toutes les initiatives ouvertes dont il a connaissance, via notre FORMULAIRE EN LIGNE :
https://cutt.ly/ctQ523d

Merci de relayer au maximum cette page ainsi que le questionnaire et la carte afin d’obtenir une carte la plus exhaustive possible !

NB : En s’approvisionnant via ces canaux de distribution, vous soutenez une agriculture respectueuse du vivant mais aussi un modèle économique vertueux. Il est essentiel que les femmes et les hommes qui travaillent chaque jour à bien nourrir les populations puissent continuer d’écouler leur production, faute de quoi, certaines fermes ne s’en remettront pas.

La Terre en Partage (Juin 2019, Le Mazet)
© Anne-Claire Héraud

Puisque le covid-19 oblige Omnivore à décaler Le Mondial de la Bière Paris 2020, autant l’amener sur son territoire, dur...
24/03/2020

Puisque le covid-19 oblige Omnivore à décaler Le Mondial de la Bière Paris 2020, autant l’amener sur son territoire, durant la quinzième édition du festival culinaire. Du 11 au 13 septembre, le Mondial de La Bière Paris s’implante donc juste à côté des scènes de masterclass et des exposants d’Omnivore au Parc Floral. Deux entrées distinctes, certes mais la possibilité pour le public d’Omnivore – et à l’inverse pour celui du MOB – d’aller voir ce qui se passe à côté !

Venez participer à la plus grande fête culinaire ET houblonnée de la rentrée 🍻

🚨 NOUVELLES DATES MONDIAL DE LA BIÈRE : 11-13 SEPTEMBRE 2020🚨

Compte tenu de la crise sanitaire mondiale, le Mondial de la Bière Paris, initialement prévu du 15 au 17 mai, est reporté du 11 au 13 septembre 2020, au Parc Floral de Paris.

Organisé depuis 2017 par Omnivore, c’est tout naturellement que le Mondial de la Bière Paris rejoint les dates de la 15e édition d’ Omnivore Paris 2020 au Parc Floral.

Au programme : Toujours plus de 100 brasseurs, 650 bières mais vous aurez également accès aux masterclass et rencontres avec les chefs et les acteurs de la cuisine, Food court imaginé par quelques-uns des chefs français les plus en vue, à la scène artisan et à sa zone de petits producteurs les 12 et 13 septembre grâce au rapprochement avec Omnivore, faisant du festival, la plus grande fête culinaire et houblonnée de la rentrée !

En résumé le Mondial de la Bière sera : Craft Beer, Very Good Bouffe and Cool Beats 🍻!!

Adresse

24 Rue Saint-Victor
Paris
75005

Site Web

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Omnivore publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vidéos

événements/lieux á proximité


Autres Évènement à Paris

Voir Toutes