CERI Sciences Po

CERI Sciences Po Centre de recherches internationales de Sciences Po. UMR CNRS 7050 www.sciencespo.fr/ceri
(12)

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Fariba,Roland,
Le CERI est vide sans vous. Silencieux. Trop silencieux, Faribounette !!!!
On pense à vous, on parle de vous, on s'inquiète pour vous, ce qui est peu de chose. On espère très fort que vous allez vite rentrer en France et vite revenir parmi nous. Vous nous manquez plus qu'on ne saurait dire.
Tenez bon les amis. Force et confiance. Nous vous attendons.Je vous embrasse.
Corinne Deloy

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

On pense à vous tous les jours. Vos visages sont partout dans Paris. Vous êtes dans notre
cœur. Tenez bon, et revenez-nous vite. On vous embrasse très fort en attendant.
Nonna Mayer et Samy Cohen

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Que votre énergie ne faiblisse pas et que votre ténacité ne s’altère pas. Nous sommes tous derrière et avec vous. Frédéric Ramel

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Voilà deux cent jours que pas un jour ne passe sans que nous pensions à nos deux collègues retenus prisonniers en Iran. Ils manquent au laboratoire qui ne vit que parce que la recherche doit pouvoir se faire librement. Tout mon soutien à Fariba, à Roland, à leurs familles et à leurs proches.
Miriam Périer

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Comme tous les jours, je pense aujourd’hui à vous. Et j’attends avec impatience votre retour.
Je vous embrasse très fort,
Antonela Capelle-Pogacean

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Chère Fariba, cher Roland,
Votre courage nous illumine. Soyez forts pour que nous le restions. Vous êtes forts et nous le demeurerons.
En fidèle amitié,
Jean-Pierre Filiu

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Chère Fariba, Cher Roland,
Je pense très fort à vous.
Alors, hauts les coeurs!!! on ne lâche rien !!!
A très vite.
Christine Briatte

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Cette année, les fêtes de Noël et du Nouvel An seront tristes : une part de notre cœur est en prison du côté de Téhéran, dans des conditions indignes. Nous pensons à vous, Fariba et Roland, et, ici, nous espérons tous votre prochaine libération. C’est le seul vœu, avec la santé bien sûr, que nous formulons pour l’année à venir. Revenez nous vite ! Merci.

Simone, la maman de Roland, et Marius, son frère

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Reims, le 21 décembre 2019.
Chère Fariba et cher Roland,
comme tous les jours depuis le mois de juin, et encore plus en cette période, mes pensées vont vers vous, pleines de solidarité et d’espoir.
Ewa Kulesza

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Fariba et Roland,
Ici, nous vous attendons, espérons chaque jour votre libération. Je vous transmets nos forces, nos pensées, notre détermination et toute notre affection. Stéphanie Latte

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

En relisant les ‘Lettres à Olga’ de Havel, écrites pendant sa détention à Prague, je me dis que les messages de force et de sagesse nous viennent souvent de ceux qui sont privés momentanément de liberté. Je suis sur que vous ressentez plus que jamais une liberté intérieure.
Chère Fariba et Cher Roland, je pense à vous très fort et suis plein d’espérance sur votre retour.
Christian Lequesne

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Chère Fariba, Cher Roland, Surtout restez forts et ne perdez pas espoir. Il est difficile pour moi d’imaginer ce que vous vous vivez mais je suis sûre que votre courage est à l’égal de vos personnalités fortes et volontaires. Une pensée pour vous et le plaisir de vous revoir bientôt.
Avec toute mon amitié.
Basma Daouadi Guinefollau

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Chère Fariba, cher Roland,
Pas un jour sans penser à vous depuis votre incarcération. Je vous embrasse, vous nous manquez, on vous attend !
Judith Burko

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Fariba,
La nouvelle de ta décision d’entamer une grève de la faim vient de nous parvenir. C’est une décision dure qui reflète aussi la dureté de tes conditions de détention. Tout aussi inquiets que l’on puisse être de ce choix que tu fais en commun avec Kylie Moore-Gilbert, on est plus que jamais à tes côtés, dans ton combat. On pense à toi encore plus fort. Tu peux compter sur notre soutien chaque jour.
Bises,
Sandrine Perrot

29/12/2019

200 jours de détention pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal : leurs collègues et amis leur expriment leur soutien
#FreeFariba #FreeRoland

Chère Fariba, cher Roland,
Pas un jour ne passe sans que je pense à vous. Je vous espère très fort à nouveau parmi nous. Je vous embrasse très amicalement.
Kathy Rousselet

#FreeFariba #FreeRoland
29/12/2019
Fariba Adelkhah et Roland Marchal, otages du jeu politique iranien

#FreeFariba #FreeRoland

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, accusée d'espionnage par le régime iranien et détenue depuis juin avec son collègue Roland Marchal, a entamé une grève de la faim à Téhéran. Dimanche, l'Iran a qualifié d'"ingérence" l'intervention de la Fr...

Communiqué de la direction de Sciences PoEn cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkha...
26/12/2019
Soutien à Fariba Adelkhah et à Roland Marchal

Communiqué de la direction de Sciences Po

En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée.
Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée.

26/12/2019

Le Monde
jeudi 26 décembre 2019

Iran : l’universitaire « Fariba Adelkhah se condamne à une mort atroce »

Jean-François Bayart et Béatrice Hibou

Incarcérée depuis juin à Téhéran, la chercheuse franco-iranienne a entamé le 25 décembre une grève de la faim et de la soif. Jean-François Bayart et Béatrice Hibou, piliers de son comité de soutien, lancent un cri d’alarme dans une tribune au « Monde ».

Tribune.

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, chercheurs à Sciences Po, ont été arrêtés de concert début juin à Téhéran sous les prétextes habituels de convenance – espionnage, atteinte à la sécurité de l’Etat et autres fadaises aussi crédibles au Moyen-Orient que les réquisitoires de l’époque stalinienne en URSS.
Ils croupissent depuis dans la prison d’Evin, en détention arbitraire, pour ainsi dire coupés du monde hormis une visite consulaire par mois pour Roland Marchal (mais non pour Fariba Adelkhah, du fait de sa double nationalité), de très rares et courtes communications téléphoniques avec leur famille, l’assistance d’un avocat, et peut-être, pour Fariba Adelkhah, quelques brefs contacts avec une sœur.
Les efforts diplomatiques de la France pour obtenir leur libération se sont révélés vains jusqu’à présent. En décembre, un tribunal iranien a demandé leur libération sous caution, mais le parquet l’a jugé incompétent et a transféré le cas au tribunal révolutionnaire. Autrement dit, les deux chercheurs français sont voués à une incarcération sans fin comme le laissent présager une quinzaine d’autres cas d’universitaires occidentaux détenus par l’Iran depuis des années, et libérés au compte-gouttes selon un agenda opaque.
C’est dans ces conditions que Fariba Adelkhah a décidé, le 23 décembre, de pair avec Kylie Moore-Gilbert, universitaire australienne subissant ce sort depuis quinze mois, d’entrer en grève de la faim intégrale et illimitée pour obtenir leur libération, mais aussi pour protester contre les atteintes aux droits élémentaires des chercheurs dans l’ensemble du Moyen-Orient. Se privant de boisson, les deux universitaires se condamnent à une mort atroce à l’horizon des tout prochains jours.

« Les Lionnes »

Rien, pourtant, ne permet de mettre en doute leur détermination. Fariba Adelkhah avait créé un groupe féminin de discussion de questions sociales sur Telegram, et l’avait dénommé « Les Lionnes ». Pour la connaître de longue date, nous savons qu’elle est prête à mourir en lionne pour défendre sa liberté, celle de son métier, et sa dignité, livrée aux tortures psychologiques dont elle fait état dans la lettre qu’elle a cosignée avec Kylie Moore-Gilbert, et que confirment des témoignages émanant de la prison d’Evin depuis novembre. Il est à craindre que Roland Marchal ne se solidarise avec son action s’il en est informé.
Nos amis universitaires turcs qui ont été confrontés à des situations de ce genre estiment qu’une grève de la faim, face à de tels régimes, s’apparente à une lutte du pot de terre contre le pot de fer. Et, de fait, même une démocratie comme celle de la Grande-Bretagne peut laisser mourir un gréviste de la faim. Néanmoins, comment ne pas respecter la décision dramatique de nos deux collègues, aussi douloureuse nous soit-elle ? Comment ne pas entendre leur appel, car il s’agit bien de cela ? Appel pour leur liberté, mais aussi celle de la science, de la pensée, pour notre propre liberté donc.
Nous sommes conscients des démarches inlassables du gouvernement français pour obtenir la libération de ses deux ressortissants. Mais il y a maintenant une obligation de résultat. Les autorités iraniennes, quant à elles, ne peuvent continuer à se défausser sur les clivages factionnels de leur système politique qui empêcheraient les « modérés » d’être gentils.
Autant que nous le sachions, l’Iran ne dispose que d’un siège dans l’enceinte des Nations unies. Les gardiens de la révolution sont une composante institutionnelle de l’Etat iranien, soumis à l’autorité du Guide de la révolution et, sous la présidence de celui-ci (ou plutôt de son délégué), du Conseil du discernement de la raison d’Etat et du Conseil national de sécurité, les deux instances collégiales compétentes en la matière, qui réunissent les différentes institutions de la République islamique. La libération de nos collègues est entre leurs mains, la responsabilité de leur mort également.

Deux chercheuses détenues en Iran lancent une grève de la faim pour Noël
25/12/2019
Deux chercheuses détenues en Iran lancent une grève de la faim pour Noël

Deux chercheuses détenues en Iran lancent une grève de la faim pour Noël

Depuis leur cellule de la prison d'Evin à Téhéran, la Franco-iranienne Fariba Adelkhah et l'Australienne Kylie Moore-Gilbert appelent à l'aide et entament une grève de la faim stricte. Aux USA le camp Trump fournit des arguments à ses supporters pour avoir le dernier mot dans les repas d[...]

Fariba Adelkhah en grève de la faimNous avons appris par les réseaux sociaux que Fariba Adelkhah, directrice de recherch...
25/12/2019
Australian, French Academics Call for Christmas Eve Hunger Strike

Fariba Adelkhah en grève de la faim

Nous avons appris par les réseaux sociaux que Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, de concert avec une autre universitaire,australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre.

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l'ensemble du Moyen-Orient. Selon les sources internes à la prison d'Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison - elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des "tortures psychologiques" et à de "nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux", selon leurs propres termes.

Nous pouvons confirmer, d'une autre source, sûre et directe, que Fariba Adelkhah est bien entrée en grève de la faim ce 24 décembre.

Celle-ci s'est vue signifier divers chefs accusations : d'espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d'Evin, soit également sur le point d'être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues n'ont jamais eu d'autres activités que scientifiques et qu'ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C'est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu'ils payent aujourd'hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran - ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c'est à ce titre qu'ils doivent recouvrer leur liberté.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l'intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d'Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l'objet de la part de l'une de ses branches armées qui engage l'Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d'interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

December 24, 2019 — Two female academics held in Tehran’s Evin Prison called for international solidarity as they announced that they would be denying food and water indefinitely as of Christmas Eve. Australian academic Kylie Moore-Gilbert and Iranian-born French academic Fariba Adelkhah are...

25/12/2019

Le Ceri a eu confirmation, ce matin, de la grève de la faim commencée par Fariba Adelkhah et sa codétenue Kylie Moore-Gilbert, de l'Université de Melbourne. Le Comité de soutien a diffusé un communiqué incluant le lettre ouverte qu'elles ont réussi à envoyer par-delà les murs de la prison d'Evin. Plus que jamais, en ce jour de Noël, notre solidarité et nos pensées d'espoir vont vers Fariba, Roland Marchal et tous les autres prisonnières et prisonniers de l'arbitraire, partout dans le monde.
#FreeFariba #FreeRoland

Adresse

56 Rue Jacob
Paris
75006

Notifications

Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque CERI Sciences Po publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vidéos

événements/lieux á proximité


Autres événements/lieux à Paris

Voir Toutes